La course à pied d’hiver

«There’s no such thing as bad weather, just soft people», ou d’une traduction libre: «Les mauvaises conditions météos n’existent pas; mais les gens faibles existent» est une citation célèbre de l’entraîneur légendaire Bill Bowerman. C’est une phrase qu’il aurait répété à maintes reprises à ses coureurs de l’Université d’Oregon dans les années 1970. Ce coach aurait certainement été très fier d’entraîner des athlètes québécois, à voir qu’elle est notre réalité climatique. Je suis d’autant plus d’accord avec son école de pensée; bien préparé et bien habillé, la météo n’est pas une raison valable de nous empêcher à courir dehors. Voici mes astuces qui rendront possible la course hivernale.

Souliers

Nous devons négocier presque tous les jours de l’hiver avec des trottoir soit glacés ou enneigés; ceci, sans compter le mercure qui est toujours sous zéro. Le soulier de course traditionnel n’est pas adapté pour la course hivernale pour plusieurs raisons.

La semelle lisse et performante sur l’asphalte doit être remplacé par une semelle qui est équipé de crampons adéquats. Certains modèles auront un crampon agressif avec un caoutchouc plus mou et malléable, qui offre une meilleure performance sur la glace et la neige. Cette traction est nécessaire pour éviter de se blesser en glissant ou encore de perdre pied à chaque virage.

Il faut également considérer fortement un modèle qui sera muni d’une membrane imperméable. Cette membrane empêchera le vent de pénétrer dans la chaussure, ce qui aide grandement à garder le pied au chaud, contrairement à un soulier traditionnel à mèche très mince et respirante. La membrane imperméable est également un atout nécessaire dans les journées de «gadou» et où les flaques d’eau sont partout. Si le pied reste au sec, il sera toujours confortable!

Habillement

Quand on pratique une activité à haute intensité comme la course à pied ou le ski de fond au froid, il faut préconiser une addition de couches respirantes au lieu de viser pour une pièce maîtresse de vêtement très chaude, comme on le ferait en ski alpin par exemple. La logique derrière cette stratégie est de pouvoir garder une capacité de respiration et d’évacuation de notre chaleur et humidité corporelle avec les vêtements respirants. En additionnant des couches, on peut égaler le niveau de chaleur que l’on obtiendrait avec un vêtement plus épais, sans pour autant perdre la capacité de respiration.

La froid prend plus de temps à pénétrer plusieurs couches qu’une seule. Alors même si on additionne des vêtements qui sont plutôt minces, cette technique aura beaucoup d’efficacité pour rester au chaud.

Un de mes kits que je préconise pour une journée à -15: Gilet manche longue très mince comme première couche, 2e chandail long style thermopolis par dessus comme deuxième couche, puis manteau de course à pied très léger, sans isolation, comme 3e couche.

Accessoires

N’ayez pas peur d’investir dans les accessoires! Nous avons tendance à perdre notre chaleur par nos extrémités, alors même si nous sommes très bien habillés sur le corps, il ne faut pas négliger les mains, les pieds et la tête! Nous avons tous un seuil de tolérance différent par rapport à l’effet du froid; je suis personnellement très frileux et quand il fait -15, jamais je ne partirai de la maison sans des bas de laine mérino épais fait pour la randonnée, ainsi que rien de moins que des mitaines de ski alpin en cuir! D’autres accessoires sont aussi nécessaires mais sont plus sujet à des préférences personnelles, comme des tuques, des cache cous, des buffs ou des sous-vêtements.

Heureusement il sera très facile pour vous de trouver tout ce qui est nécessaire pour courir cet hiver, puisque le tout se trouve chez Sportium. Bien équipé, l’hiver devient une partie de plaisir pour le sport d’été le plus populaire!