L’importance du sommeil

L’importance du sommeil chez les athlètes

Les triathloniens passent beaucoup de temps à s’entraîner, à dénicher de nouveaux équipements et à développer l’alimentation optimale qui leur permettra de produire leurs meilleurs résultats au « jour J ». Pour arriver à tout faire, ces gens occupés empiètent sur leurs heures de sommeil, puisque c’est le seul moment qui semble disponible dans leur quotidien. Mais le sommeil est-il important pour performer?

 

Le sommeil est une composante importante de votre entraînement

Les principaux facteurs, tels que la durée (besoin total de sommeil; heures/nuit), la qualité (troubles du sommeil, perturbations du milieu ou fragmentation) et les phases de sommeil (régulation circadienne) influencent la qualité récupératrice du sommeil. Or, chez l’athlète, ces trois facteurs ont une influence importante sur la capacité d’entraînement et de récupération. Il a aussi été démontré que le sommeil a un effet direct sur les processus métaboliques; notamment le niveau d’énergie, l’appétit et le contrôle du poids.

 

Le manque de sommeil est aussi associé à des perturbations touchant l’humeur, la capacité de concentration, la motivation, l’endurance et la récupération. Ces aspects entraînent un effet négatif sur la performance et exposent l’athlète à un risque de surentraînement ou à une récupération insuffisante entre chaque séance d’entraînement.

 

Les siestes sont-elles bénéfiques?

Que vous soyez un athlète professionnel ou un sportif amateur, un excellent moyen d’améliorer votre performance est de tirer le meilleur parti de votre sommeil en le combinant à une courte sieste pendant la journée. Cette forme de récupération vous aidera dans votre quête d’une excellente condition physique, d’une alimentation équilibrée et d’une bonne santé de manière plus générale.

 

Ce temps de repos devrait être gouverné par des règles simples :

  1. Les siestes ne devraient pas durer plus de 30 minutes.

  2. Les siestes devraient être prévues entre le milieu et la fin de l’après-midi (entre 14 h et 16 h), mais pas après 16 h, afin de ne pas perturber l’heure du coucher.

  3. Elles peuvent être combinées à une dose de caféine pour les athlètes plus âgés (une tasse de café soit avant, soit tout de suite après la sieste). Il est prouvé que la combinaison caféine/sieste améliore la qualité régénératrice de la sieste, ainsi que la vigilance et la concentration après celle-ci.

 

Comment bien dormir avant une course?

Instaurez un rituel de relaxation. Par exemple, prenez une douche ou un bain chaud à la même heure chaque soir et complétez ce rituel par des étirements doux et des exercices de respiration. Pensez à éteindre tous vos appareils électroniques émettant des lumières bleues, qui sont reconnues néfastes pour la qualité du sommeil. Lire un livre ou écouter de la musique relaxante est bien plus efficace pour vous endormir paisiblement.

Mais surtout, n’oubliez pas qu’une mauvaise nuit de sommeil ne réduit pas à elle seule votre performance. Le plus important pour atteindre une performance optimale est de bénéficier d’un sommeil de qualité dans les jours ou les semaines précédant la course. Alors, ne stressez pas trop si vous dormez mal la veille de votre course!

 

Bonne nuit!

Isabelle Rouleau, enseignante en éducation physique et santé